Le coût de la répression

Le régime de Jiang Zemin prélève d’énormes sommes sur les ressources financières chinoises dans sa persécution du Falun Gong

Note : pour tout cet article, noter la correspondance :
1 Euro = 7 Yuan, soit  une quasi-équivalence Yuan-Franc.

Le 20 mars 2003, l’Organisation Mondiale d’Enquête sur la Persécution du Falun Gong, basée au Canada, envoyait une déposition intitulée  » Le régime de Jiang Zemin prélève d’énormes sommes sur les ressources financières nationales dans sa persécution du Falun Gong, » au Parlement Canadien.

Ce rapport dévoile, chiffres à l’appui, comment le régime chinois a dépensé une part importante des ressources financières du pays pour persécuter le Falun Gong. Nous en citons les points les plus marquants dans cet article de résumé.

L’ancien président chinois Jiang Zemin est l’instigateur et le maître à penser de la répression du Falun Gong.  Ses directives, transmises aux autorités de tout le pays, se résument en trois points :  « Les diffamer, les ruiner, les détruire »

Dans sa tentative d’éradiquer le Falun Gong, tous les moyens de la nation ont été mis en oeuvre pour servir son objectif politique, et d’énormes quantités de main d’oeuvre et de ressources financières ont été prélevées.

***   En Chine

Le régime chinois aurait déjà dépensé des dizaines de milliards de yuans  pour persécuter le Falun Gong, ce qui est une des principales raisons permettant à la persécution contre 100 millions de personnes de durer.

Ces fonds viennent du détournement d’investissements étrangers, des économies des citoyens chinois, ainsi que d’amendes illégales imposées de force aux pratiquants de Falun Gong, aux membres de leur famille, ainsi qu’à leurs unités de travail (classiquement, une amende de 5000 à 10000 yuan est imposée pour chaque personne pratiquant ou ayant pratiqué le Falun Gong, soit l’équivalent d’une année et demie de salaire d’un travailleur moyen.)

Une grande quantité des fonds ainsi collectés a été consacrée à la « sécurité publique », au Bureau 610 (organe principal de la répression du Falun Gong), ainsi qu’au département des affaires étrangères pour la partie internationale de la répression.

Par exemple :

– En décembre 2001, Jiang Zemin allouait le montant forfaitaire de 4.2 milliards de Yuan pour construire des centres de lavage de cerveau destinés à « transformer » les pratiquants de Falun Gong (c’est à dire briser leur volonté à force de tortures et leur faire écrire des « garanties de ne plus pratiquer Falun Gong »).

– Afin de contenir le nombre en constante augmentation de pratiquants de Falun Gong qui allaient faire un appel public pour clamer leur innocence, de grandes quantités de fonds ont été utilisés pour étendre les structures des camps de travail sur tout le territoire chinois. A titre indicatif, le coût total de la relocation du seul camp de travail de Quanyang dans la province de Shangxi a été de plus de 19 millions de Yuan.

– Un système de récompenses a été utilisé pour amener plus de citoyens chinois à participer à cette persécution, soit en dénonçant un voisin ou un collègue (ce qui rapporte en moyenne 3 000 Yuan), soit (dans les centres de détention) en prenant l’initiative de tortures et de mauvais traitements pour atteindre de hauts taux de « réforme ». Ainsi, le directeur du notoire camp de travail de Masanjia, Su Jing, a reçu une prime de 50 000 Yuan (5 ans de salaire)  tandis que le directeur adjoint du même camp, Shao Li, a été récompensé par 30 000 Yuan (3 ans de salaire).

– Dans de nombreuses régions, les récompenses pour la capture ou la dénonciation d’un seul pratiquant vont de milliers à des dizaines de milliers de Yuan. Ces primes sont à corréler au nombre de pratiquants de Falun Gong actuellement détenus : plus de 100 000 !

– En 2001, des sources internes au Ministère de la Sécurité Publique révélaient que, pour la seule Place Tiananmen de Pékin (hautement surveillée pour faire face aux appels pacifiques des pratiquants de Falun Gong venus de toute la Chine), les dépenses quotidiennes associées aux recherches, aux arrestations et aux procédures de re-expédition s’élevaient à une somme comprise entre 1.7 et 2.5 million de Yuan, soit de 620 à 910 million Yuan annuellement.

– Selon une information diffusée hors de Chine, le 27 février 2001 Jiang Zemin aurait alloué un montant forfaitaire de 4 milliards de Yuan pour installer des systèmes de surveillance à grande échelle, et ainsi aider à l’arrestation des pratiquants de Falun Gong.

– Le 4 juillet 2001, La corporation de radiodiffusion australienne rapportait que près de la moitié des personnes détenues dans les camps de travail chinois sont des pratiquants de Falun Gong ( à noter que le nombre total est estimé à près de 2 millions de personnes par la Laogai Research Foundation – voir http://www.Laogai.org ).

Des grandes cités aux campagnes éloignées , des fonctionnaires de la police locale et des départements de la sécurité publique ainsi que des bureaux 610 recherchent et arrêtent les pratiquants de Falun Gong absolument partout.

On a estimé que Jiang Zemin avait employé plusieurs millions d’individus pour participer à cette persécution du Falun Gong : dans chaque ville de Chine, chaque entreprise, chaque quartier dispose aujourd’hui d’un comité chargé de la question du Falun Gong. Les gages et salaires, les bonus, les heures supplémentaires, et les allocations liées à cette participation pourraient atteindre une centaine de milliards de Yuan annuellement.

La campagne de diffamation télévisée, radiophonique et journalistique, ainsi que les moyens nécessaires au blocus des informations sur la répression ont également dû demander de grandes ressources financières (qui sont malheureusement difficiles à chiffrer). Une vaste quantité de littérature haineuse calomniant le Falun Gong, livres, brochures, VCD, affiches, ont été fabriqués par des dizaines d’éditeurs ; Au moins deux longs métrages diffamant le Falun Gong ont été produits et projetés à l’échelle nationale, une série TV en 20 épisodes diffamant le Falun Gong est en cours de production…

***   Efforts de répression hors de Chine

Un grand nombre d’agents chinois  a été envoyé dans chaque pays comptant des pratiquants de Falun Gong pour les surveiller, bloquer leurs efforts pour faire dénoncer la répression, les calomnier, et aussi collecter des informations sur eux afin de tenir à jour une liste noire.

Chaque ambassade et consulat chinois dans le monde non seulement publie des pages web de propagande diffamatoire, mais fournit aussi des dizaines de publications de propagande mensongère aux communautés chinoises et aux gouvernements, pour justifier la répression. Des expositions calomniant le Falun Gong se sont tenues dans les ambassades et les consulats chinois d’au moins 15 pays.

Il y a aussi un lourd investissement pour contrôler les médias à l’étranger. Dans une de ses publications de 2001, la Fondation Jamestown rapportait que tous les principaux médias de langue chinoise aux USA sont directement ou indirectement contrôlés par le gouvernement chinois.
Quatre tactiques principales caractérisent l’effort du gouvernement chinois:
1) le contrôle direct,
2) l’utilisation des liens économiques pour influencer les holding médiatiques qui font des affaires avec la Chine, ou l’intimidation des correspondants des journaux et télévisions étrangères,
3) l’achat de temps de radiodiffusion et d’espaces publicitaires et
4) le déploiement du personnel du gouvernement pour travailler dans les médias indépendants.

On ne peut pas finir sans mentionner l’aide économique « gratuite » accordée par le régime chinois à des pays en voie de développement (récemment le Cambodge, dont la dette a été entièrement effacée par la Chine, mais aussi les pays africains et sud-américains). Ceci est fait en échange de votes pro-chinois aux Nations-Unies, en particulier lors de la Commission des droits de l’Homme.

***   Commentaire sur les perspectives économiques de la Chine.

Selon une enquête du magazine de Hong Kong « Open and Contend », la Chine continentale vient au quatrième rang après le Vénézuela, Mexico et l’Argentine dans la perte capitale d’un grand nombre de fonctionnaires qui s’enfuient avec les ressources financières du pays.

Par exemple, en 2000, la Chine a souffert à cause de cela une perte de 48 milliards de Dollars US, alors que le total des investissements étrangers était de 40,7 milliard de Dollars US.

L’argent durement gagné par les citoyens chinois, par tous ceux qui ont de la peine à sortir de la misère, et toutes sortes d’investissements, ont été continuellement jetés dans cette vicieuse persécution d’innocents. Ceux qui pratiquent le Falun Gong sont des personnes qui ont appris l’honnété, la droiture et l’altruisme en se replongeant dans leur culture millénaire – leur persécution n’a rien de bon ni d’utile pour la Chine ; et ce n’est pas une réponse à une menace pour le pouvoir, mais le fruit de la paranoïa d’un dictateur fou.

Dans cette persécution ruineuse et sans précédent du Falun Gong, investir de l’argent en Chine n’est pas seulement risqué financièrement : cela revient à soutenir la persécution

Pour plus d’information vous pouvez visiter le site de l’Organisation Mondiale d’Enquête sur la Persécution du Falun Gong http://www.upholdjustice.org

« Pour enquêter sur la conduite criminelle de toutes les institutions, organisations et individus impliqués dans la persécution du Falun Gong, pour conduire une telle investigation à son terme, quel que soit le temps que cela puisse prendre et aussi loin et profond qu’il faille chercher, pour exercer les principes fondamentaux de l’humanité, et restaurer et maintenir la justice dans la société. »

%d blogueurs aiment cette page :